GESTION DE POSTES CONJOINTS JUXTAPOSES : L’UFM S’INSPIRE DU MODELE TOGOLAIS

par OTR TG
Affichages : 1950

Une mission de l’Union du Fleuve Mano (UFM), Organisation Intergouvernementale créée en 1973 et comprenant quatre pays limitrophes (le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée et la Côte d’Ivoire), séjourne du 22 au 27 juin 2014 à Lomé.

 

Cette visite technique, dirigée M. KOFFI Kouman, Secrétaire Général Adjoint de l’UFM est composée de cadres des Douanes, de la Police et de l’Immigration dela Guinée et de la Sierra Leone, a pour objectif principal de permettre aux Experts de s’inspirer de l’expérience de la gestion opérationnelle des postesfrontaliers entre le Togo et ses voisins immédiats que sont le Bénin, le Ghana et le Burkina Faso, afin de rendre opérationnel le poste conjoint de Gbalamuya/Pamelap, situé à la frontière entre la Sierra Leone et la Guinée.

Le poste frontalier de Gbalamuya/Pamelap, construit avec l’appui financier de l’Union Européenne, a été inauguré par les Chefs d’Etat des deux pays, le 2 juin 2012. Mais, la vraie problématique est celle de la gestion opérationnelle commune de ce poste frontalier, avec des défis liés à la facilitation et la promotion du commerce, de libre circulation des personnes, des biens et services. De même, les questions de cohabitation entre deux services techniques dont les systèmes et les langues diffèrent (anglais et français) sont des préoccupations que des visites de postes frontaliers similaires permettront d’élucider, pour assurer un bon fonctionnement dudit poste conjoint juxtaposé (PCJ).

Durant le séjour, les Experts ont entrepris, depuis le 23 juin 2014, des entretiensavec le Bureau de la Banque Africaine de Développement (BAD) du Togo, les ambassadeurs des Etats frontaliers concernés par la visite, l’Office Togolais des Recettes (OTR) et les différents responsables des services aux frontières Togo/Ghana, Togo/Benin et Togo/Burkina, à l’effet de se faire une claire idée sur le cadre institutionnel, l’exploitation, l’administration et la maintenance de postes frontaliers, particulièrement, ceux dont la gestion est conjointement opérée par deux Etats.

La mission de l’UFM se poursuivra, ensuite, vers le Bénin pour examiner de près les expériences de gestion des postes frontaliers entre ce pays et le Nigeria.